Le récit de guerre qui va suivre est inspiré de faits réels qui se sont déroulés du 11 au 25 Novembre. L'intensité de cette courte pèriode de vacances a conduit à ce récit militaire. ATTENTION ! Certaines scènes peuvent choquer les personnes les plus sensibles.

 

 

Mercredi 16/11..Débarquement sur les Iles flottantes.

 

 

3 pousse-pousse passent nous prendre à l'hôtel et nous conduisent au port de Puno où un bateau privé nous attend.

 

m_dsc03837 (des vrais combattants ces 2 la)

 

1h plus tard, nous débarquons sur une des Iles flottantes du lac Titicaca. Ces îles sont des îles flottantes construites en roseaux et habitées par la population Uros depuis des siècles. Il y a des maisons, des églises, des écoles, l'électricité, la tv. L'endroit est très touristique. Nous visitons 3 îles avant de finir par l'école des îles ou nous rencontrons les élèves et leur institutrice.

 

m_dsc03847m_dsc038431

 

12h, nous prenons le bus direction Arequipa à 5h de route de Puno. Le soldat Philippe se plaint de nouveau et nous lui faisons remarquer que toute la logistique ainsi que le timing de l'opération est optimisé au maximum, il n'y a aucune perte de temps.

 

Arequipa est une ville coloniale très agréable, très belle, haute en couleurs, avec de beaux monuments et des endroits très branchouille. C'est la seconde ville du Pérou et elle est dominée par ses 2 volcans de 6000m, le Misti et le Chachani (sur lequel nous allons monter dimanche). Nous hôtel est un B&B très confortable, la casa de Tintin. Les proprios sont très accueillants, on se sent chez soi.

 

 

 

Jeudi 17/11...Canyon de Colca nous voila

Nous partons pour une expédition de 2 jours dans le canyon de Colca à 5h de route de la ville. Première étape : le village de Chivay où nous faisons le plein de nourriture sur le marché local. 1h plus tard, nous arrivons à Cabanaconde, ville située au sommet du canyon. Le canyon de Colca est le canyon le plus profond du monde (1200m de dénivelé négatif). Le bus nous conduit à notre point de départ et, après la photo souvenir classique, nous commençons notre descente.

m_dsc03871 (la compagnie au complet et en pleine forme)

 

 

 

 

Quelques instants plus tard, le soldat Elodie est pris d'une bouffée de Paranoïa aigue liée à l'altitude. Aidée par le reste de la compagnie, elle pourra continuer l'aventure. 2h plus tard, nous arrivons dans un oasis au fond du canyon où nous allons passer la nuit. Le guide nous prépare notre dîner pendant que nous nous baignons dans les piscines naturelles avant de dormir dans une cabane en bambous.

 

 

 

 

 

Vendredi 18/11...Des hommes et femmes d'honneur

 

Nous commençons la remontée du canyon vers 4h du matin.

 

m_dsc03877

 

Le soldat Elodie remonte à dos de mule. En milieu d'ascension, le soldat Philippe est touché de plein fouet par une crise d'hypoglycémie. Le soldat Hugues est pris en charge par un chien qui l'accompagne du bas jusqu'au haut du canyon. Arrivée au sommet, nous prenons le petit déjeuner au village et c'est l'hécatombe ! Un obus, en l'occurrence un fromage acheté la veille sur le marché touche 3 soldats au ventre. Les soldats Patrick, Elodie et Maya sont anéantis par une tourista. Ce sont des hommes et femmes d'honneur, ils savent rester dignes dans ce genre de situation, une chance. Nous passons aux sources thermales de Chivay avant de rapatrier les blessés sur Arequipa pour une soirée riz/Coca.

 

 

 

Samedi 19/11..Retour des blessés au combat

 

La compagnie, meurtrie par la bataille de la veille déambule dans les rues d'Aréquipa. Nous visitons le couvent de Santa Catalina, magnifique et haut en couleurs, un concentré de la ville d'Arequipa.

m_dsc03889

 

La soirée sera passée dans un restaurant très chique le « zig zag ».

Lors du retour à l'hôtel, les soldats Hugues, Elodie et Maya sont confrontés à une situation de guerre unique ! Comment retrouver l'hôtel quand ont ne connaît pas son adresse et que aucun taxi ne la connaît non plus ? Après une tentative pour retrouver le chemin de mémoire infructueuse, nous nous rendons à la Police touristique où 2 types en uniformes et mitrailleuse au point nous attendent. L'hôtel n'est sur aucune listing, le doute nous envahi ! Elodie, dans une tentative désespérée, explique que l'hôtel se trouve en dessous d'un pont en fer et en bois et ce, en montrant et touchant une table en bois et des barreaux en fer. Ce qui apparement éveille une lueur dans l'œil du chauffeur de taxi qui lance un grand « si ! ». Il nous conduit sans problème à notre hôtel. Nous sommes sauvés !

 

 

Dimanche 20/11...Un mort au champ d'honneur

 

L'équipe masculine part à l'ascension du volcan « Chachani » dont le sommet culmine à 6075m. L'expédition est menée par l'agence « Zarate ». Nous sommes accompagnés par un guide, un porteur et un cuisinier. Le 4x4 passe nous prendre à 9h du matin devant notre hôtel et nous dépose à 13h au point de départ de l'ascension, à 4800m. Nous commençons à grimper à une vitesse très lente et à pas minuscules. 1h30 plus tard nous arrivons au camp de base situé à 5200m, où nous allons passer la nuit.

m_dsc04206 (faire l'avion à 5200m c'est mortel au sens propre comme au figuré)

 

Pendant que les accompagnateurs montent les tentes et préparent le dîner nous décidons de partir marcher en peu plus haut. Moi-même et Christophe montons à vitesse assez élevé jusqu'à un col, situé à 5500m. Erreur stratégique importante ! J'étais en superbe forme en arrivant au camp de base et me voila pris de mots de tête et d'envie de vomir à la fin de la redescente de ce col. Je me couche sous la tente avant le dîner. Le soldat Patrick essaye de me parler, sans trop de réponse de ma part si ce n'est des "humm" et "euh". Impossible d'avaler quoi que ce soit en cette soirée. La nuit sera encore plus difficile.

 

 

 

Lundi 21/11...Mission remplie avec une seule perte

Le réveil est sonné à 2h du matin pour monter au sommet à 6075m. Très malade et dans l'impossibilité de me lever, j'entends partir les 3 autres soldats, le guide et le cuisinier, lampes au front, vers les cimes. Le porteur, étant malade comme moi, n'a pas pu prendre part à cette dernière ligne droite. Je reste allongé, éveillé et comatant jusqu'au retour de l'équipe vers 11h. Le cuisinier essaye de me faire boire un maté de coca vers les 8h du matin, sans succès.

12h, nous redescendons pour récupérer les 4x4 qui doit nous ramener sur Arequipa. Il n'est pas la, il faudra attendre 1 heure de plus.

 

m_dsc04214

Le soit, nous prenons un bus de nuit direction Cuzco, 9h de trajet en classe « Cama » dans un bus très confortable sur la compagnie « Cruz del sur ».

 

 

 

 

Mardi 22/11...Cuzco brûle-t-il ?

Nous arrivons à Cuzco vers les 5h du matin ou plein de taxis nous attendent : « 5 soles », « 4 soles », « 2 soles », enchères descendantes. Nous nous rendons à la « Case Elena » située dans le centre de Cuzco. La journée sera consacrée à la visite de Cuzco et à des formalités logistiques. Cuzco est la ville la plus touristique du Pérou, berceau de la civilisation Incas.

m_dsc04221

 

La vie ici est beaucoup plus chère que dans le reste du Pérou. La ville est très riche en monuments et en architecture Inca. Nous dînons dans un restaurant de cuisine typique ou je mange le fameux « cuy » ou cochon d'Inde frit, contrairement à Arequipa où il est « Aplaga » c'est-à-dire aplati par une pierre avec ongles et tête.

 

 

 

Mercredi 23/11...Le Machu Picchu en état de siege

Nous partons en train direction le km 104 (point de départ du Trek des Incas) de la ligne de chemin de fer reliant Cuzco à Aguas Calientes, ville à partir de laquelle on visite le Machu Picchu, la cité Inca. 3h30 de trajet plus tard, le train s'arrête et nous descendons sur la ligne de chemin de fer. Nous passons le poste de contrôle avant de partir pour ce trek de 1 journée qui va nous mener, le long d'un chemin pavé Inca, à la porte du soleil, entrée de la cité des Incas.

 

 

Nous atteignons les ruines de Huinay Huayna 500m plus haut et 2h plus tard. Nous déjeunons et repartons pour la porte du soleil « Intipunku ». Le chemin est magnifique et de révèle assez dangereux par endroit. Les escaliers sont « à pic » avant l'arrivée à la porte du soleil. Il fait beau, nous avons beaucoup de chance. Le passage de la porte du soleil et la vue du Machu Picchu en contre bas est extraordinaire. Les paysages et montagnes alentours sont fabuleux.

 

m_dsc041711m_dsc04245

Nous descendons vers le site par un chemin pavé en très bon état. Il est tard, la visite du site ne se fera pas ce soir. Nous prenons en bus pour Aguas Calientes où est situé notre Hotel «  La Cabana ». Cette ville est un gros piège à touristes. Les restaurants sont chers, le bus reliant le Machu Picchu coûte une fortune, les sources d'eau chaude sont chères et pas terribles.

 

 

 

Jeudi 24/11...Armistice

Nous partons visiter le Machu Picchu. Il ne fait pas très beau, nous affrontons une pluie diluvienne pendant une heure. Nous ne pourrons pas monter au Huayna Picchu, la montagne dominant la cité. 13h20, nous prenons le train qui doit nous ramener à Cuzco via un stop à Ollantaytambo où nous continuons en bus. La soirée, bien arrosée, sera passé dans un excellent restaurant à Tapas. 21h, l'armistice est signée, je quitte la bande des 5 qui retourne sur La Paz pour prendre un avion vers Paris.

 

m_dsc04189

 

Communication de dernière minute: Nicolas et Francoise, je vous attends à Ushuaia le 30 Décembre pour une prochaine mission. Au menu: Survol du canal Beagle en bi-plans avec casques en cuir à oreillettes, pisco sour et comptage des pinguins.